OUAIS, OUAIS, OUAIS ! Le GANaL A 20 ANS en 2014 !!!

Eh oui, c’est en 1994 déjà qu’une équipe d’une dizaine de personnes a créé le Groupe, appelé alors Réserve Naturelle, dans le but de trouver des projets pour la Nature. On a commencé alors par la création de l’Arboretum de Riex. Depuis, nos actions ont été nombreuses, la dernière en date étant la pose d’une centaine de nichoirs pour différentes espèces d’oiseaux (plus d’infos dans ce bulletin plus loin).

Me voilà donc heureux de voir notre Groupe des Amoureux de la Nature Lavaux (GANaL) se porter aussi bien, avec plus de cent membres, a et j’espère que l’on pourra fêter cet anniversaire, lors de l’assemblée en septembre, entre autres !

2014, une année particulière donc et qui commence plutôt bien. Hiver doux, printemps précoce, cela devrait donner de belles satisfactions (il y a déjà de jeunes chouettes hulottes qui sont nées à l’heure où je vous écris !). Comme d’habitude, nous vous tiendrons au courant de l’évolution par mail ou sur notre site : www.ganal.ch

20 ans, cela mérite que l’on trouve un emblème pour notre groupe (par exemple, la Suisse a l’ours ; Pro Natura, le bouquetin ; le WWF, le panda, etc.) et comme ça nous pourrions avoir un beau logo (Jean-Marc Besson, notre artiste-peintre, est prêt à essayer de le réaliser). Par contre, le comité pense que c’est vous, les membres, qui devez choisir notre emblème. Vous pourrez donc voter à mon adresse : gilrochat@yahoo.fr ou sur notre site : www.ganal.ch pour l’animal de votre choix.

Pour vous aiguiller un peu, on pense que ce serait judicieux de mettre un animal qui symbolise bien nos actions ainsi que notre région (évitez par exemple, le dauphin, la tortue des Galapagos, le wallaby ou même le moineau) ; donc peut-être un oiseau dont nous favorisons la conservation avec la pose de nichoirs. Mais c’est juste une idée et ce sera très intéressant de voir vos votes afin de pouvoir ainsi décider de ce que nous allons choisir. Dans ce bulletin donc, il y aura un petit portrait des oiseaux « proposés »

Ce numéro 17 sort en début d’année, c’est ce que nous essayerons de faire aussi à l’avenir. Ainsi vous pouvez consulter les sorties proposées (en passant, merci à tous les organisateurs et en particulier à Martina Suter qui en organise beaucoup et dont une a déjà eu lieu en février aux   Follatères). C’est aussi l’occasion de résumer l’année précédente. Je le ferai cette fois par quelques news, plus loin.

Je tiens à remercier tous mes collègues membres du comité : Marlyse et David Baumgartner (à qui nous devons ce bulletin), Katharina et Gilles Duboux, Nicolas Kilchenmann, Lucien et Vincent Sarbach, Alain Walker.

Pour terminer, je tiens à vous dire qu’en 20 ans, le GANaL m’a apporté beaucoup et surtout parce que j’y ai rencontré tellement de « belles personnes » (je ne parle pas du physique) que je n’aurai peutêtre pas eu la chance de croiser sans ça.

Sur ce, VIVE le GANaL et BON PRINTEMPS 2014 !

Gilbert Rochat  

News

Harelde boréale 

La Harelde boréale (anciennement appelée Harelde de Miquelon) est la 229e espèce recensée dans notre région de Lavaux. Cette espèce qui fuit l’Océan Arctique ou la Mer Baltique, gelés en hiver, est rarement de passage en Suisse. Cette femelle (photo) était présente en janvier-février à Pully.

La liste des 229 espèces observées en Lavaux figure au centre de ce bulletin.Vous pouvez la détacher et vous amuser à cocher la case de ceux que vous voyez. À part la harelde, la mésange boréale (trouvée par Manuel Bueno à la Claie-aux-Moines) et le corbeau freux (Jacques Thévoz, notre guide lors des recensements au bord du lac, a trouvé une colonie nicheuse à Pully) sont également de nouvelles espèces de la liste.

Bihoreau gris

Au chapitre des nouveaux nicheurs, on a donc le freux mais également la huppe !!! (voir plus loin) et, exceptionnel aussi le bihoreau gris au lac de Bret. Voyant plusieurs fois des jeunes au mois de juin ou juillet ces dernières années, on s’en doutait mais sans en avoir la preuve. Mais cette fois, en mai 2013, Jean-Michel Parisod a vu au moins 2 jeunes au nid. La photo montre un des adultes.

Toujours dans les bonnes nouvelles, il semblerait que la grue cendrée soit en grande expansion en Europe et qu’une nouvelle voie de migration ait vu le jour, passant par le Nord de l’Italie et la Suisse. Lorsque j’étais encore sur Gavdos en Crète, vous étiez nombreux (dont ma femme) a avoir entendu leur passage à 5 heures du matin, au-dessus de Cully, le 2 novembre.

Des cigales en Lavaux ! Ça vient de sortir : une étude scientifique du bassin lémanique a prouvé la présence de cigales à Belmont et à La Cornallaz où Cicadetta cantalitrix est bien présente.Vu son nom latin, elle doit être une bonne chanteuse !

Il est possible qu’un aménagement se fasse à la Claie-aux-Moines pour la nidification du petit gravelot. Le GANaL a été contacté pour suivre la chose dans la petite réserve de la gravière.

De 2013 à 2016, c’est le temps que se donnent les ornithologues pour réaliser l’Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse. Si certains ont une bonne oreille ou sont intéressés à rechercher les nicheurs en ma compagnie, ça me ferait très plaisir et m’aiderait certainement. Merci également de m’indiquer toute espèce intéressante pendant la période de nidification dans notre région : Pully, Lutry, Bourg-en-Lavaux, Savigny, Forel, Puidoux, Chexbres, etc...

Le projet d’améliorer les bords du lac de Bret est un des objectifs du GANaL. Pro Natura et la Ville de Lausanne ont été alertés car les agriculteurs ont concocté un plan de gestion peu satisfaisant. Le nord du lac est un joyau de biodiversité. C’est là que se trouve notre station de baguement qui a vécu une saison 2013 assez médiocre à cause d’une météo plutôt catastrophique. 778 oiseaux bagués, dont la gorgebleue est une des stars (la photo montre 5 individus dans les mains des fidèles démailleurs : Alain Walker et Pierre Jenzer).

Un voyage pour fêter les 20 ans de notre groupe. Plusieurs idées vous sont proposées : 3-4 jours la semaine après Pâques en Provence ; 45 jours début juillet dans le Parc National Suisse aux Grisons ; 3-4 jours, la dernière semaine des vacances scolaires en août, dans le Binntal. Si vous êtes intéressés par un ou plusieurs de ces voyages, merci de me contacter au plus vite que l’on puisse organiser.  

Action nichoirs 2013

Un grand merci à vous, membres du GANaL, acteurs de la pose de plus de 120 nichoirs. Il y a eu les constructeurs (dont aussi les élèves de TM de Patrick Bays), les poseurs de nichoirs sans oublier les nombreux donateurs, dont on n’attendait pas autant de générosité. Quelques nichoirs seront encore posés cette année alors qu’au départ, on comptait poser 90 nichoirs au total. C’est donc une grande réussite.

Deux poseurs : David Baumgartner en plein effort et Jacques Roch, fier de son travail

Voici 5 oiseaux bénéficiaires de ce projet. 3 rapaces et 2 longs migrateurs qui ne pourront plus se plaindre de la crise du logement en Lavaux ! Ce sont de bons candidats pour devenir le symbole du GANaL…

Jacques Roch

La Chouette hulotte (Strix aluco)

Cette chouette, au pied de la Tour de Gourze est la première trouvée dans un nichoir posé dans le cadre de notre projet 2013.

Dès sa création et même avant (1990), le GANaL s’est occupé de ce superbe nocturne, mythique par son hululement. Si l’on entend souvent son chant, il est par contre très rare de l’observer car elle est strictement nocturne et ne sort qu’à la nuit tombée. Sédentaire, ça lui arrive de changer parfois de nichoir c’est pour cela que l’on essaie de capturer les adultes pour étudier leur déplacement.

Nous avons posé une quinzaine de nichoirs l’année dernière et nous en avons au total une huitantaine (!), dans notre région mais aussi à Lausanne, dans le Petit-Jorat et au nord, jusqu’à Vucherens. En plus, nous nous occupons d’une centaine de nichoirs de l’Université de Lausanne, situés la plupart dans le Jorat.

L’espèce niche chez nous entre février et mai et nous allons chaque année baguer les jeunes, activité qui plaît beaucoup au public. 2014 devrait être une année excellente. La hulotte se nourrit surtout de mulots et autres micro-mammifères. Elle peut aussi se nourrir d’oiseaux et de batraciens.

Lucien Sarbach pose un nichoir, Forel 11 mars 2014

L’Effraie des clochers (Tyto alba)

Seul représentant de la famille des Tytonidés, ce rapace nocturne porte un nom qui ne correspond pas vraiment à ses lieux de repos et de nidification dans nos régions. Depuis longtemps, les grillages installés sur nos clochers interdisent à l’Effraie de s’y installer. C’est donc sur les vieilles granges en zone agricole qu’elle se rabat. Comme elle n’y trouve que fort rarement des sites adaptés pour la nidification, les nichoirs sont fort appréciés.

La saison de reproduction est en général plutôt tardive comparativement à la chouette hulotte, la ponte ne débutant souvent qu’aux mois d’avril et de mai. L’activité reproductrice chez cette espèce est exceptionnellement longue pour un oiseau vivant sous nos latitudes, car la ponte peut compter jusqu’à une dizaine d’œufs, pondus à 2 jours d’intervalle, chaque œuf nécessite au moins 30 à 34 jours d’incubation et l’élevage dure environ 2 mois. De plus le couple peut entreprendre une seconde nichée. Il n’est donc pas rare d’avoir des jeunes au nid jusqu’à l’arrière automne

Avec de telles possibilités de reproduction, l’Effraie est capable d’augmenter rapidement ses effectifs, ce qui lui est indispensable pour compenser la mortalité très importante que ses populations subissent. Elle est fréquemment victime du trafic routier, et subit de manière très négative la transformation de l’habitat et des pratiques agricoles. Les hivers rigoureux, en particulier lorsqu’ils comportent une période d’enneigement durable peuvent lui être fatal. On estime que près de 90 % de la population suisse a été décimée par l’hiver rude de 2012-2013 !

Afin de favoriser cette espèce, le GANaL a installé dans la région et jusqu’en Plaine du Rhône depuis 1993, et progressivement, une quarantaine de nichoirs. Ils sont entretenus, renouvelés et contrôlés entre mai et septembre. On espère que 2014 redonnera une petite population chez nous, grâce à nos efforts. Ce magnifique nocturne, à la face en cœur, le mérite bien.  

Le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

Lors de la création du GANaL, on ne trouvait ce petit faucon, appelé aussi « criblette » chez nous, ne nichait qu’à Marsens et au pont de Fenil près de Vevey. Avec la pose de nichoirs, il a fallu attendre 1998 pour voir un 3e couple nicher aux Tavernes. Actuellement, l’espèce a retrouvé ses effectifs originels.

Le vol sur place (ou vol en Saint-Esprit), typique de l’espèce lui permet de chasser dans des zones ouvertes même totalement dépourvues d’arbres ou de perchoirs. Sa proie principale est le Campagnol des champs, ce qui en fait un précieux allié des agriculteurs.

La saison de nidification débute avec les premières parades nuptiales en mars, mais la ponte de 5 à 6 œufs n’est généralement déposée qu’en mai. Le crécerelle ne construit pas de nid ; elle utilise donc les vieux nids de corneilles ou des ouvertures dans les murs. Par exemple, il niche chaque année dans un trou de la Tour de Marsens.

Il adopte très volontiers les nichoirs artificiels installés à son intention ou ceux destinés à l’Effraie des clochers ; ce qui lui permet de mener à terme des nichées aussi grandes que celle ci-contre (impossible dans un nid de corneilles). Le GANaL a posé plus de 30 nichoirs spécifiques pour ce magnifique rapace dès les années 90.

Une nichée exceptionnelle de 7 jeunes à Palézieux 

Le Torcol fourmilier (Jynx torquilia)

De loin et au vol, le Torcol rappelle plus un moineau qu’un pic, mais de près, la beauté du plumage apparaît dans tout son éclat.

Bien qu’il soit classé dans la famille des picidés, le Torcol se différencie de a 9 nos pics par de nombreux traits de caractères. D’abord il est le seul de cette famille à être franchement migrateur. Apparaissant dans nos contrées dans le courant du mois d’avril, il disparaît en septembre pour rejoindre ses quartiers d’hiver africains. Son allure et son comportement sont également bien différents de ceux des Pics. Son plumage, qui de loin paraît terne, rappelle celui de l’engoulevent ou de certains rapaces nocturnes. Le Torcol doit son nom à son habitude de tourner le cou en hérissant ses plumes lorsqu’il se sent menacé.

La disparition des vieux vergers, indispensables à sa nidification – c’est un cavernicole qui niche dans les vieux arbres creux – la modification des pratiques agricoles – qui ont fait disparaître ses proies, tant par l’engraissement des prairies maigres que par l’usage généralisé d’insecticides – ont eu raison de la plupart des populations du canton.

Actuellement, quelques couples nichent encore en Lavaux. La pose d’une bonne cinquantaine de nichoirs devrait l’aider surtout qu’il peut aussi utiliser les nichoirs destinés à la huppe fasciée.

Les élèves des classes de Cully ont construit eux-mêmes les nichoirs à torcol. Espérons qu’ils auront toujours plus la possibilité de participer, comme ici, au baguement des jeunes.

La Huppe fasciée (Upupa epops)

Certainement un des plus bel oiseau de notre pays, la huppe doit son nom à son chant.

Incroyable, génial, super ! La huppe a reniché chez nous !!! Il y avait au bas mot plus de 50 ans que cela ne s’était plus produit, à moins que cela ne soit passé inaperçu. C’est sous le village de Grandvaux que la nidification a été prouvée et ceci malgré une météo plutôt détestable en 2013. Les efforts sont parfois bien récompensés et on espère que ça dure.

La si étonnante huppe de cet oiseau semble bien être à l’origine du terme huppe lui-même. Huppe venant du latin upupa, onomatopée de son chant : houp-houp-houp.

Comme le torcol, elle souffre des mêmes maux : pesticides, agriculture intensive, manque de nourriture et de cavités. Elle hiverne également en Afrique, dans la région sahélienne, bien que de plus en plus d’individus préfèrent rester dans le bassin méditerranéen. Elle est de retour chez nous déjà en mars et le plus gros du passage se fait en avril. Si vous la voyez, faites-nous absolument signe afin d’être sur qu’elle ait bien un nichoir à proximité.

De retour sur La Côte depuis peu et aimant les vignes, le GANaL a pensé que cet oiseau méritait sa place en Lavaux. Pas loin de CENT nichoirs ont été placés dans les capites, dans les rares vergers qui restent ou en lisière de forêt.

Cette action a été d’une telle envergure grâce à notre membre Elvire Fontannaz qui a élaboré ce projet dans le cadre de sa formation en ornithologie auprès de l’ASPO et grâce aussi à la Commission du développement durable de Bourg-en-Lavaux, les vignerons, Lavaux patrimoine de l’Unesco, les autres communes du district, etc.

Notre sortie dans le Vallon de Lauenen
(Oberland bernois)

Le 16 juin nous avons fait une très belle sortie dans le vallon de Lauenen près de Gstaad. Nous étions six et avons eu le privilège d’être accompagnés par une botaniste imbattable, Françoise Hoffer.

D’où une typologie quasi caricaturale : Les ornithologues avec le nez en l’air et les botanistes avec le nez par terre… et ceux qui ne savaient plus à quel type ils appartenaient.

La star absolue côté ornithologique fût sans conteste la rousserolle verderolle, véritable et talentueuse DJ. Ses impros sont totalement fascinantes et ne connaissent pas de limites.

Listère à feuilles en cœur 

Côté botanique nous avons eu les extrêmes des orchidées. La plus grande d’Europe, le splendide sabot de Vénus, et la plus petite, la listère à feuille de cœur. Cette miniature fragile et merveilleuse nous a littéralement mis à ses pieds, à plat ventre, pour en admirer ses perfections à la loupe. Je regrette de ne pas avoir pris en photo ces six personnes couchées par terre devant cette fleur si frêle, tels des Gullivers au royaume des Lilliputiens.

Sabot de Venus

Et tout cela dans des paysages et par un temps splendides.

La Chassagne d’Onnens

Le dimanche 26 mai, nous devions nous rendre à la Chassagne d’Onnens et la Mouille de la Vraconne, commune de Sainte-Croix. Mais, comme il avait beaucoup plu, nous n’étions que 5 courageux à nous retrouver près d’Onnens : Martina Suter, Jacques Roch, Jean-Marc Besson, Gilbert Rochat et l’auteur de ce récit.

Comme toujours, lors de sorties, nous nous réjouissons de voir les divers représentants de la faune et de la flore pour lesquels nous nous déplaçons dans tel endroit réputé. Parfois, nos vœux sont exaucés, et souvent le hasard nous offre des « rencontres » vraiment inattendues. Ainsi, en ce dimanche, alors que nous attendions Jacques, ce fut tout d’abord un immense champignon d’un diamètre de 30 cm environ.

Puis nous sommes montés sur le versant de la Chassagne, afin d’y observer les oiseaux et notamment la pie-grièche écorcheur qui niche en cet endroit préservé.

En descendant et en cherchant cet oiseau, nous nous sommes trouvés en présence d’un beau chevreuil, que nous avons pu observer à loisir.

Ascalaphe (droite)

Grâce à la présence de Martina, nous avons admiré des orchidées cachées dans un sous-bois. Puis nous avons traversé la prairie sèche, au milieu des papillons, et là, nous avons contemplé un ascalaphe, insecte en danger d’extinction, dans notre pays.

Comme la météo n’avait pas été très favorable, nous avons renoncé à la Vraconne. Mais nous nous sommes rendus dans un endroit que nous tiendrons secret et où niche le Grand-Duc, impressionnant rapace nocturne. Vous pourrez distinguer sur la photo ses 2 petits. Ce fut un moment extraordinaire !

Grand-Duc

Chers amis lecteurs, je ne peux que vous encourager à vous lever tôt un prochain dimanche et à nous accompagner à la découverte de notre nature si précieuse et si fragile.

Alain Walker

À vos Agendas,
Calendrier printemps 2014

Quelques principes pour les sorties :

  • Les heures de rendez-vous ainsi que le programme précis seront donnés par mail Les intéressés n’ayant pas internet s’adresseront aux responsables de la sortie.
  • D’autres sorties vous seront proposées sur internet également, notamment pour le reste de l’année. Donc pour ceux qui n’ont pas encore transmis leur adresse mail, faites-le impérativement à gilrochat@yahoo.fr La majorité de nos activités sont décrites par mail ou sur notre site www.ganal.ch (en relooking ces jours).
  • Les sorties sont gratuites pour les membres (frs 20.- pour les nonmembres). Parfois, une participation aux frais d’essence est la bienvenue.
    Les participants sont assurés par leur propre assurance et le GANaL décline toute responsabilité en cas d’accident lors de ses sorties.
  • Tous les premiers jeudis du mois, à 18 h, réunion du comité. À part le comité, tout le monde est convié à participer car on y parle de nos activités et il y a souvent une sortie prévue pour tous ; par exemple :
    2 avril (attention, c’est mercredi!), Préverenges, île aux oiseaux
    1er mai, rainettes à Lonay ou/et guêpiers à Penthaz

Sorties et activités (Merci de vous inscrire !)

Le dimanche 30 mars: MONT-VUACHE
Le 30 mars je vous invite à découvrir l’extraordinaire flore printanière du Mt Vuache. C’est un prolongement du Jura, juste à côté de Fort l’Ecluse. Nous admirerons les arrangements créés par la plus douée de toutes les fleuristes, Dame Nature. Entre les splendides pierres calcaires du Jura il y a des compositions sans fin de jonquilles sauvages, de nivéoles, de scilles, d’hépatiques et bien sûr de la star de cet endroit, l’erythronium denscanis. C’est également un lieu fréquenté par la gélinotte et le circaète, mais là je ne garantis rien !
Resp. Martina Suter, 079 787 92 63 ou martina@trandafir.ch

Le dimanche 6 avril: MIGRATION DES RAPACES à HUCEL (F)
Après un arrêt à la tour d’observation des Grangettes, où nous ferons très certainement déjà de belles découvertes, nous gagnerons le site bien connu d’Hucel, en France voisine, pour observer : milans, éperviers, aigles, busards et pourquoi pas la belle cigogne noire.
Resp. Gilbert Rochat, 021 799 13 14 ou gilrochat@yahoo.fr

Le samedi 3 mai: ÉTANG DE FRASNE & VALLÉE DU DRUGEON
Après les étangs de Frasne, nous suivrons le cours de la rivière Drugeon. Nous verrons certainement pas mal d’oiseaux migrateurs, mais également ceux qui viennent s’installer là pour l’été, comme la fauvette grisette, le tarier des prés, la pie-grièche écorcheur, la linotte mélodieuse, le courlis etc. Sans oublier la merveille des merveilles en botanique : la fritillaire avec sa clochette en damier, qui pousse en grande quantité dans ces landes jurassiennes
Resp. Martina Suter, 079 787 92 63 ou martina@trandafir.ch

Week-end des 24 et 25 mai: Loèche & BOIS DE FINGES
Le 1er jour, nous vous ferons découvrir à pied la fabuleuse réserve du Bois de Finges avant de passer le crépuscule à la recherche du rare engoulevent dans la forêt incendiée de Loèche. Le lendemain, on montera de la plaine d’Agarn jusqu’à la Gemmi où nous devrions observer le plus grand rapace de nos contrées : le gypaète barbu. Nous aurons certainement un guide local. Possibilité de ne faire que le samedi ou le dimanche.
Resp. Alain Walker, 078 826 69 85 et Gilbert Rochat, 079 296 32 52

Le dimanche 15 juin: CHAMPAGNE GENEVOISE & ALLONDON
Je propose d’aller au plus beau des concerts : celui donné par le rossignol, l’hypolaïs polyglotte, la fauvette grisette et bien d’autres solistes à Athénaz, en Champagne genevoise. Puis nous irons à quelques kilomètres de là, découvrir la flore du Vallon de l’Allondon, autour de la ferme de Malval.
Resp. Martina Suter, 079 787 92 63 ou martina@trandafir.ch

D’avril à juillet: BAGUEMENT DES RAPACES AU NID
Nos nombreux nichoirs devraient nous permettre de baguer les jeunes de faucons crécerelles, chouettes hulottes et effraies des clochers.
Resp. Gilbert Rochat, 021 799 13 14 ou gilrochat@yahoo.fr

De juillet à novembre: STATION DE BAGUEMENT DU LAC DE BRET
Comme chaque année, des filets seront tendus au bord du lac de Bret et je vous invite à venir voir – de près! – les magnifiques et nombreux oiseaux migrateurs.
Resp. Gilbert Rochat, 021 799 13 14 ou gilrochat@yahoo.fr  

Le jeudi 4 septembre 18h15:
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AU REFUGE DE GRANDVAUX AVEC BROCHE OFFERTE AUX MEMBRES

Toute personne désirant rejoindre le groupe est la bienvenue ! La cotisation annuelle est de :

  • Fr. 20.– par membre individuel actif ou passif (min. Fr. 5.– pour les jeunes jusqu’à 18 ans)
  • Fr. 30.– pour plusieurs membres vivant à la même adresse (famille, couples)

Votre paiement peut se faire soit par internet à l’aide de l’IBAN CH64 0076 7000 R539 7726 5 soit au moyen du bulletin de versement annexé !

Nous vous remercions d’avance de votre soutien et engagement. Pour vous inscrire veuillez contacter le président du groupe :
Gilbert Rochat, 1091 Grandvaux, 021 799 13 14, gilrochat@yahoo.fr

Le GANaL fabrique lui-même des Nichoirs et des Mangeoires d’excellente qualité pour le prix de Fr. 35.– À commander auprès de Lucien Sarbach