Les nichoirs s'adressent à des oiseaux cavernicoles, c'est-à-dire qui nichent dans des cavités, où ils peuvent élever leur progéniture à l'abri des prédateurs. L'appauvrissement des paysages ruraux et la monotonie des constructions citadines ont amené une nette diminution d'abris susceptibles d'accueillir ces espèces d'oiseaux. En construisant et en installant des nichoirs, adaptés à chaque espèce, nous contribuons à attirer les oiseaux et à leur procurer des lieux sûrs pour nicher.

Les membres du GANaL construisent eux-mêmes des nichoirs "simples" destinés tant aux espèces communes ( passereaux) et des nichoirs plus perfectionnés pour des espèces plus rares telles que chouettes hulottes et chouettes effraies ou faucons crécerelles.

Vous désirez construire un nichoir ?
Ces quelques conseils pourront vous être utiles.

Matériaux

Choisissez un bois résistant à l'humidité (sapin, peuplier, chêne).

Évitez le contreplaqué (sauf le marine) et l'aggloméré, prévus pour les travaux d'intérieur.

L'épaisseur idéale des planches est de 2 cm. Elle ne devra en tous cas pas être inférieure à 1 cm (problèmes d'isolation).

Utilisez des clous et des vis résistants à la rouille (galvanisés, en cuivre ou en laiton).

Revêtement

Ne peignez pas votre nichoir avec une couleur trop vive. La couleur naturelle du bois est idéale. S'il est trop clair, vous pouvez le foncer avec du brou de noix.

Enduisez le nichoir de paraffine, d'huile de vidange ou de produit hydrofuge. Attention, certains vernis contiennent des produits toxiques.

Construction

De nombreux types de nichoirs sont réalisables et de nombreux plans existent, mais chacun est libre de créer ses propres modèles.

Le trou doit avoir un diamètre très précis correspondant au type d'oiseau que vous cherchez à attirer.

Évitez de mettre un perchoir sur le nichoir, il ne servirait qu'aux prédateurs.

Les côtés du nichoir doivent dépasser quelque peu par rapport au plancher de sorte que la pluie pourrisse le bas des faces latérales avant d'entamer le plancher.

Percez des petits trous dans le plancher pour permettre l'évacuation de l'eau.

Une porte doit être prévue pour permettre un nettoyage à l'automne.

Comment poser un nichoir ?

On a déjà vu des mésanges nicher dans des cendriers de stand de tir, dans des boîtes aux lettres, dans des grilles d'égoût, dans des bennes, dans un poteau de gym pour les barres de reck !,...ce qui prouve qu'elles manquent souvent de cavités pour nicher. Un nichoir est donc une providence pour elles. Vous pourrez donc très bien poser votre nichoir contre une façade de maison et cela pourra marcher mais voici néanmoins quelques conseils pour que la pose de votre nichoir ait le plus de chances de réussite.

Placez le nichoir à l'automne ou au début de l'hiver. Cela permettra aux oiseaux de s'y habituer avant le belle saison.

Choisissez un endroit calme à l'abri des regards. L'idéal est à la lisière des taillis, de la forêt, à proximité d'une clairière. La ligne de vol doit être dégagée.

Posez votre nichoir le long d'un tronc entre 1,5 et 5 m de hauteur. Ne le posez pas sur une branche mais suspendez-le au-dessus du vide. Cela évitera ce genre de dangers.

Danger de ce type de nichoir

Disposez votre nichoir à l'abri du plein soleil et des vents dominants. Une orientation est où sud-est est idéale car elle est face au soleil du matin.

Fixez le nichoir à un arbre grâce à du fil de fer gainé de plastique et remplacez régulièrement ce fil afin de ne pas blesser l'arbre lors de sa croissance.

Au moment d'accrocher le nichoir à l'arbre, inclinez-le légèrement en avant pour diminuer les infiltrations de pluie.

Danger de ce type de nichoir

La densité idéale de nichoirs en forêt varie selon la taille de ceux-ci. Elle est comprise entre 3 et 40 par hectare pour les nichoirs de petite taille et peut être inférieure à 1 par km2 pour ceux de grande taille.

Le nichoir doit être contrôlé et vidé de son contenu (herbes, fientes,...) à la fin de la saison (septembre ou octobre). Si l'on constate une invasion de parasites, enfumez l'intérieur du nichoir en y brûlant une torche de papier journal froissé.

Le fond du nichoir peut être garni de quelques centimètres de copeaux de bois pour en améliorer le confort.

Il arrive parfois qu'un pic agrandisse le trou d'envol, on peut dans ce cas doubler celui-ci avec une plaque de tôle avec un trou d'un diamètre de 32 -34 mm.

Observation et baguement

Toute visite durant la période de nidification se fera avec la plus grande prudence. On choisira, autant que possible, des journées ensoleillées, ce qui empêche un trop grand refroidissement de la nichée! Il faudra d'abord déterminer quel est l'occupant du nichoir, ce qui ne peut se faire qu'en se plaçant à une distance suffisante et en observant. On observe d'abord des transports de matériaux pour la construction du nid.

Espèces nicheuses pouvant s'installer dans votre nichoir

Mésange charbonnière, mésange bleue, mésange nonnette, mésange huppée, mésange noire, gobemouche noir, sittelle torchepot, torcol fourmilier, moineau friquet, (rougequeue à front blanc, rougegorge, grimpereau des jardins).

Ensuite, la femelle pond un oeuf par jour, cela peut durer plus de 10 jours! A la fin de sa ponte, elle commence à couver, le mâle la nourrissant. On peut faire une visite (de quelques secondes !) en ouvrant tout doucement le toit du nichoir de manière à juste jeter un coup d'oeil sur la couveuse. Attention, il y a un gros risque que l'oiseau abandonne sa nichée si l'observation est trop longue ou trop fréquente.

L'éclosion des jeunes a lieu après environ 2 semaines. On peut observer alors les adultes amenant de la nourriture (parfois toutes les minutes! et du matin au soir). Les jeunes s'envolent au bout de 2 semaines déjà! Là, les observations sont moins risquées mais elles doivent toujours être courtes et discrètes.

Si vous êtes intéressés à ce que la nichée soit baguée (cela se fait entre le 7e et le 11 e jour après l'éclosion), vous pouvez contacter un des responsables du groupe.

À savoir: les nichoirs favorisent le reproduction des oiseaux cavernicoles: mésanges, sittelles, etc., qui souffrent souvent de la crise du logement en compétition avec les moineaux et les étourneaux (ceux-ci ne peuvent pas entrer dans nos nichoirs grâce au diamètre du trou d'envol). Sachez qu'on estime à 40.000 le nombre de chenilles, larves nécessaires au nourrissage d'une nichée de mésanges par exemple. Ces petits oiseaux débarrasseront donc vos arbres de la "vermine", plus naturellement que n'importe quel produit chimique!

Nichoir dit "à balcon"

Plan

Quelques oiseaux susceptibles d'utiliser ce genre de nichoir

Espèce
A cm
B cm
C cm
D cm
E cm
F cm
ø mm
Mésange bleue
22
10
12
14
4
6
28
Mésange noire
22
10
12
14
4
6
28
Mésange huppée
22
10
12
14
4
6
28
Mésange nonnette
22
10
12
14
4
6
28
Mésange charbonnière
26
21
14
17
5
7
32
Gobemouche noir
26
21
14
17
5
7
32
Rougequeue à front blanc
26
21
14
17
5
7
30 sur 55
Sitelle
28
13
15
18
5
7
34
Etourneau
30
15
17
19
6
8
45
Torcol fourmilier
26
21
14
17
5
7
32
Huppe
32
17
19
18
9
10
60
Chouette chevêchette
32
17
19
18
9
10
60
Chouette de Tengmalm
35
19
21
19
10
12
75
Chouette chevèche
35
19
21
19
10
12
75
Chouette hulotte
40
25
27
19
12
17
120

Nichoir simple ou "boîte aux lettres"

Plan

Quelques oiseaux susceptibles d'utiliser ce genre de nichoirs

Espèce
A cm
B cm
C cm
ø mm
Mésange bleue
22
10
20
28
Mésange noire
22
10
20
28
Mésange huppée
22
10
20
28
Mésange nonnette
22
10
20
28
Mésange charbonnière
26
12
23
32
Gobemouche noir
26
12
23
32
Rougequeue à front blanc
26
12
23
30 sur 55
Sitelle
28
13
25
34
Etourneau
30
15
27
45
Torcol fourmilier
26
12
23
32
Huppe
32
17
28
60
Chouette chevêchette
32
17
28
60
Chouette de Tengmalm
35
19
31
75
Chouette chevèche
35
19
31
75
Chouette hulotte
40
25
35
120

Avantages