Roches de Châtoillon et Vieille Thielle : 23 mars 2024

Roches de Châtoillon et Vieille Thielle : 23 mars 2024

Une journée ébouriffante, un petit retour d’hiver avec une belle bise et un petit crachin matinal qui nous vaut un moment de féerie irréel, un arc-en-ciel au niveau de nos yeux derrière la ramification ondoyante des chênes pubescents.

Geai des chênes

Nous suivons avec ravissement l’arête des Roches de Châtoillon avec d’un côté un escarpement rocheux vertical qui nous permet comme les oiseaux de nous retrouver à la cime des majestueux hêtres en contre-bas, et de l’autre des échappées à couper le souffle sur le lac de Neuchâtel, la Thielle et le lac de Bienne avec toutes leurs nuances de bleus et de verts dus à ce retour du froid.

Et tout autour de nous, un parterre de fleurs printanières, corydales roses et blanches, violettes, primevères officinales et élevées, hépatiques et la magnifique pervenche pourpre. Les oiseaux sont un peu comme nous, ils n’aiment pas trop la bise et nous devons nous contenter de les entendre, le Rougegorge familier, la Fauvette à tête noire, les diverses Mésanges, les Pinsons, le Pic noir, vert et épeiche. Seule une Grive draine nous montre son profond mécontentement et nous laisse admirer son beau poitrail parsemé de gros points brun foncé. Quelques papillons volètent tout de même, des citrons, des petites tortues et une grande tortue. Et dans les murets entourant une magnifique praire sèche, une garride comme on les nomme ici, les lézards des murailles sont en plein émoi amoureux.

Pervenches pourpres
Grive draine

Au pied d’un grand frêne, Fabienne et Françoise dénichent deux énormes morilles brunes aux alvéoles parfaites. Nous leur souhaitons bon appétit.

Françoise et Fabienne… et leur morille!

Après notre pique-nique, nous descendons dans la réserve naturelle de la Vieille Thielle. Et là, malgré la bise qui forcit encore, nous observons une Oie cendrée sur son nid, des couples de Nettes rousses, de Harles bièvres, de Canards souchets et chipeaux, de Sarcelles d’hiver, de Gallinules poules d’eau, une magnifique Sarcelle d’été mâle et pour clore cette belle sortie, Fabienne repère un héron … non ce n’est pas un héron cendré … mais bien un Bihoreau gris adulte que nous admirons de très près et à loisir.

Sarcelle d’été
Bihoreau gris

Que du plaisir et du soleil dans les cœurs comme le résume joliment Michel, dont c’est la première sortie avec le GANaL.

Texte : Martina / Photos : Gilbert Bavaud